AIDER LES ESPRITS AFFAMES

LE SUTRA DU COEUR EN CHINOIS


Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous une traduction d’un enseignement de Thai en anglais qui se nomme : « Aider les esprits affamés ».
Hormis le fait que cela m’a beaucoup fait penser à mon père, j’ai retrouvé des souvenirs enfouis de mon enfance, peuplé d’histoires de fantômes qui ont faim, d’enfants pas sages.
Appartenant au folklore bouddhiste et taoïste, ornant les temples, craints et adulés, les esprits affamés sont aujourd’hui encore très présents. Dans certains pays d’Asie, un festival se tient tous les ans, pour nourrir ces esprits errants n’ayant pas encore trouvé la paix. Chez mes parents, un petit miroir est accroché a leur porte d’entrée, ainsi le fantôme qui veut rentrer, prends peur en rencontrant son reflet.
En pali, Le Petavatthu (lit. Histoire de fantômes) est un texte bouddhiste Theraveda, du canon Sutta Pitaka. Thai parle de preta qui est la traduction en sanskrit.
Il rapporte des histoires et des conversations entre le Bouddha et ses disciples décrivant spécifiquement comment les mauvais actes peuvent conduire á la renaissance dans un monde malheureux d’esprits errants et affamés. Dans la doctrine du karma, plus important encore, il détaille comment les actions des vivants peuvent bénéficier á de tels êtres souffrants.

Il existe de très nombreuses significations d’esprits affamés, qui sont des symboles tres puissants dans la cosmologie boudhiste. Voici la version de Thai, en anglais et sa traduction en français, plus bas:


L’enseignement de Thich Nhat Hanh (en Anglais)


Un jour, au hameau du haut du village des pruniers, j’ai vu une jeune femme qui marchait seule. Et j’ai ressenti qu’elle n’était pas un être humain. Elle était comme un fantôme. J’ai tout de suite su qu’elle faisait partie des esprits affamés de notre société. Elle venait d’une famille brisée, d’une société qui ne la reconnaissait pas, qui l’avait fait souffrir. Elle venait d’une tradition incapable de la nourrir ou de communiquer avec elle. Ces 12 dernières années, j’ai rencontré plusieurs esprits affamés, ils n’ont pas de racines, ne croient pas en leur famille, ils sont en colère envers leurs parents, leur société, leurs traditions. Ils veulent tout laisser derrière, et cherchent á appartenir á quelque chose, quelque chose de beau, de bon, et croire en quelque chose de vrai.
Beaucoup d’entre eux viennent au VDP, et il est très difficile d’aider ces gens déracinés. Il est très difficile pour eux de s’imprégner d’un enseignement, car ils ne donnent pas leur confiance facilement. Avant de les aider, il faut faire de votre mieux pour gagner leur confiance
Notre société est organisée de telle façon qu’elle produit une dizaine de milliers d’esprits affamés tous les jours. Ils n’ont pas reçu l’Amour de leur famille, de leur tradition. Ils se sentent incompris et ont très faim d’Amour et de compréhension.
Les esprits affamés ont un très gros ventre, mais ils ont un très petit cou, étroit comme une aiguille, exactement comme il est décrit dans le texte sacré. Donc même si vous avez beaucoup à offrir, il est très difficile pour eux d’absorber. Même si vous avez beaucoup de nourriture, d’eau, d’Amour à offrir, difficile pour eux de l’accepter, car personne ne les a compris, personne ne les a aimé. Ils suspectent tout et n’importe qui. Nous avons aidé de nombreux esprits et nous savons que c’est difficile. Nous savons que nous avons besoin de l’autre pour s’entraider. Nous devons réorganiser notre société afin d’ arrêter de produire des esprits affamés. C’est très important. Nous devons pratiquer la vision profonde pour pouvoir comprendre ces esprits affamés. Et ne pas continuer á les rejeter. Car ils n’ont pas reçu de la compréhension, ils n’ont pas reçu d’amour.


Cloche


Chaque personne, pour être heureuse et stable devrait avoir au moins 2 familles ; la première est la famille de sang, où le père et la mère représentent la plus jeune génération des ancêtres. Si vos parents sont heureux, ils pourront vous transmettre les valeurs de leurs ancêtres, l’Amour et la foi qui sont en eux sous la forme de graine. Et vous avez des racines dans votre famille de sang. Si vous êtes en bon terme avec vos parents, vous êtes connectés à vos ancêtres via vos parents. Mais si vous n’êtes pas en bon terme avec vos parents, vous êtes déconnectés de vos ancêtres et devenez déracinés. Et vous pouvez devenir très facilement un esprit affamé. L’autre famille est la famille spirituelle; et vous avez aussi des ancêtres. Et si les personnes qui représentent votre tradition ne sont pas heureuses, c’est parce qu’elles n’ont pas eu la chance de recevoir les joyaux de votre tradition. elles n’ont pas été capables de vous les transmettre, elles n’ont pas pu comprendre vos besoins. Aussi, elles ont pu vous imposer des choses que vous n’appréciiez ou ne compreniez pas. La communication entre eux et vous n’était pas possible. Vous souffriez et vous vouliez échapper á votre tradition. Et si vous êtes en mauvais terme avec votre rabbin, pasteur, prêtre, vous êtes déconnectés de vos ancêtres spirituels. Vous devenez un esprit affamé. Ayant tant de souffrances en vous, vous faites souffrir la personne que vous aimez, et si vous avez des enfants, vous les faites souffrir et eux aussi deviennent des esprits affamés. C’est pour cela qu’il est si important de pratiquer la vision profonde, pour trouver ce qui ne va pas dans nos familles, notre famille de sang et notre famille spirituelle. La pratique de la vision de la pleine conscience peut vraiment aider à comprendre vos parents et les personnes qui représentent votre tradition. Si vos parents ne peuvent représenter les valeurs de vos ancêtres, si votre prêtre, pasteur ou rabbin ne peuvent représenter les valeurs de votre tradition, il doit y avoir des raisons et nous devons être capable de regarder profondément, la perception viendra et cela nous aidera à accepter, à avoir de la compassion, à retourner chez soi, aider nos parents, notre rabbin, notre prêtre, notre pasteur.


Il y avait ce jeune américain qui est venu au VDP, il était si en colère contre son père, tellement en colère que même après son décès, il ne pouvait pas se réconcilier avec lui. Et je lui ai enseigné la vacuité de la transmission. La vacuité de la transmission est une manière de regarder profondément pour reconnaitre que vous n’êtes qu’un avec vos parents, être en colère avec vos parents, c’est juste être en colère avec vous-même.


Quand nous parlons de la transmission, nous parlons de :


1/ celui qui transmet,
2/ de l’objet transmis
3/ de celui qui reçoit la transmission.


Quand vous avez la chance de prendre une douche, vous pouvez voir votre corps comme un objet de transmission. Vous pensez à vos parents comme les transmetteurs, votre corps et votre conscience comme les objets transmis. Et vous êtes celui qui reçoit la transmission.


Mais regardant profondément, nous voyons que ces 3 choses sont vides d’un soi séparé. La question est : qu’est-ce que vos parents vous ont transmis ? Si vous appliquez la vision profonde, vous voyez que vos parents se sont transmis à vous. Votre corps et toutes les graines que vous portez dans votre conscience sont vos parents. Ils ne vous ont transmis rien d’autre qu’eux-mêmes. Toutes les graines de souffrance, de bonheur et de talent, ils les ont reçus de leurs ancêtres. Donc le receveur et le transmetteur font 1 et vous faites aussi 1 avec l’objet transmis. Donc vous ne pouvez échapper au fait que vous êtes seulement la continuation de votre père, vous êtes votre père et se réconcilier avec votre père, c’est se réconcilier avec vous-même. Il n’y a pas d’autre chemins. Le jeune homme a mis une photo de son père sur son bureau avec une petite lampe et chaque fois qu’il approche de son bureau, il regarde dans les yeux de son père et pratique l’inspire et l’expire. Ainsi, il réalise qu’il est seulement la continuation de son père. Il réalise que son père n’a pas été capable de lui transmettre les graines d’amour et de confiance qui sont endormies dans sa conscience. Parce qu’il n’avait pas la capacité de le faire. Personne ne l’a aidé à toucher les graines et par la suite, les nourrir. Et bien sûr, les graines d’amour et de confiance en lui étaient recouvertes par de nombreuses couches de souffrance. Et quand vous devenez conscient de cela, vous pouvez pardonner, vous pouvez comprendre.


Il existe une merveilleuse méditation guidée d’un petit garçon de 5 ans que nous offrons aux esprits affamés au VDP : « j’inspire je me vois comme un petit enfant de 5 ans, j’expire, je souris à cet enfant de 5 ans qui est en moi. » Et vous pratiquez ainsi pour 1 ou 2 semaines. Un enfant de 5 ans est toujours très vulnérable, fragile; et un regard sévère, un cri peuvent facilement le blesser, nous sommes très fragiles à 5 ans et si vous vous voyez comme un enfant de 5 ans, si vous souriez à cet enfant, ce sourire sera celui de la compassion et de la compréhension.


2 semaines plus tard, nous pouvons pratiquer la 2eme partie de la méditation : « j’inspire, je vois mon père comme un enfant de 5 ans, j’expire je souris à ce petit garçon qui est mon père. » Peut-être que vous n’avez pas imaginé que votre père aurait pu avoir 5 ans, et le voir comme un petit enfant, c’est réaliser qu’il est aussi fragile, qu’il peut avoir mal facilement, et comme vous, il aurait pu être la victime de votre grand père. Et pratiquer ainsi, souriant avec compassion à ce petit garçon de 5 ans, vous comprendrez qu’un jour, votre père a aussi été une victime. C’est pour cela qu’il n’a pas été capable de se nourrir lui-même des graines d’amour et de confiance; et si vous ne pratiquez pas, ces graines d’amour et de confiance vont rester très petites et demain quand vous aurez un enfant, vous allez faire exactement comme votre père. C’est ce qu’on appelle, la roue du Samsara.


Beaucoup ont profité de cette pratique. Ils sont retournés aider leurs propres parents, et à travers eux, ils se sont reconnectés à leurs ancêtres. Et cette même pratique peut être utilisée dans votre tradition et dans votre famille spirituelle. Par la pratique de la pleine conscience, vous pourriez découvrir les valeurs de votre propre tradition. Je dis toujours à mes étudiants que la pleine conscience peut être transposée dans la tradition du judaïsme et ou du christianisme et quand vous pratiquez la pleine conscience dans un centre bouddhiste, vous seriez à même de découvrir que ces joyaux existent aussi dans votre tradition. Ainsi, vous pourriez retourner avec hâte dans votre tradition pour redécouvrir ces valeurs qui vont vous nourrir et nourrir vos enfants parce qu’une personne déracinée ne peut pas être une personne heureuse. Retourner chez soi et toucher nos racines pour redécouvrir les graines positives, les joyaux de notre tradition de sang ou spirituelle, est une pratique importante. Et la pratique de la pleine conscience peut aider cette réalisation.

Ananda (cousin et disciple de boudha) rencontrant un peta



L’Illustration Japonaise ci dessus se trouve dans le musée national de Kyoto. Les esprits affamés font plus pitié que peur, vous pouvez le constater à leur gros ventre et leur cou étroit comme une aiguille. Ce gros ventre représente aussi ce désir éternel de satisfaction et cette incapacité à être réellement satisfait. Si vous le désirez, je pourrai lors d’une prochaine session vous expliquer pourquoi ces esprits affamés représentent aussi l’attachement et l’addiction qui font parties des fondements de notre souffrance.



Les commentaires sont clos.