LE TERRITOIRE EXTERIEUR

EXTRAIT D’UN ENSEIGNEMENT DE 2004 EN ANGLAIS PAR THICH NHAT HANH, TRADUIT EN FRANÇAIS A POSTERIORI LORS DE LA RENCONTRE AU VILLAGE DES POMMIERS NUMERIQUE DU 17 JUILLET 2020

Retranscription pour le village des pommiers numériques


Donc vous voyez que le territoire de notre personne est très vaste. Et le fait est que si nous ne savons pas comment amener la paix et l’ordre et le bien-être dans notre territoire, nous ne pouvons pas aider un ami, un frère, une sœur, à le faire.
Et c’est pourquoi, pour restaurer la paix, la première chose à faire, dans notre pratique, sera de ramener l’ordre et le bien-être dans notre propre territoire. Sans cette pratique, la paix à l’extérieur ne sera pas possible. L’extérieur c’est aussi un territoire. Et si le territoire à l’intérieur est occupé, nous n’en aurons plus la souveraineté, cela devient le grand désordre, et alors, cela conduit à une situation de guerre à l’extérieur.
Le territoire extérieur est juste une projection du territoire intérieur.
Parce que le pays dans lequel nous vivons est une création collective de notre conscience, de notre être intérieur. Supposons que nous soyons une centaine de personnes, qui sont paisibles, capables de sourire et de s’aimer les unes les autres ; alors le pays dans lequel nous vivons trouvera la paix. Le Royaume de Dieu intérieur détermine le Royaume de Dieu extérieur.
Donc, le paradis est une manifestation collective et l’enfer est aussi une manifestation collective ; ils dépendent de l’intérieur.
Donc, à l’origine, c’est nous qui sommes le roi/la reine qui dirige notre territoire. Mais nous ne sommes pas un roi/une reine très responsable, c’est pourquoi nous avons abandonné notre territoire, nous avons perdu la souveraineté sur notre territoire. Nous avons permis à la guerre, à la violence, aux conflits de prendre la place, notre territoire est vraiment occupé. C’est pourquoi c’est vraiment important de rentrer à la maison et de récupérer notre territoire. Et vous pouvez compter sur le soutien de votre sangha pour rentrer à la maison. Si vous êtes seul à la maison, vous pourriez ne pas être assez fort pour restaurer, pour récupérer votre souveraineté.
Rentrer chez nous comment ? Rentrer chez nous grâce à l’énergie de la pleine conscience. J’inspire, je sais que j’inspire ; j’expire, je sais que j’expire. Vous commencez un peu timidement, vous essayez de rentrer en vous-même ; vous hésitez un petit peu, mais vous voulez revenir en vous-même ; vous êtes un peu timide, parce que votre territoire vous est devenu quelque chose d’étranger ; c’est pourquoi vous essayez d’inspirer en pleine conscience, d’expirer en pleine conscience ; mais votre inspiration fait déjà partie de votre territoire. Vous devenez vraiment conscient de votre inspiration et vous devenez conscient de votre expiration. Et pendant que vous inspirez, vous ne faites attention à rien d’autre, vous ne faites qu’embrasser votre inspiration et vous devenez pleinement conscient que ceci est votre inspiration et que ceci est votre expiration, et de juste respirer comme ça pendant une demi-minute vous voyez la situation devenir différente. Votre inspiration est devenue légèrement plus profonde, votre expiration est devenue un peu plus longue et il y a un peu plus de paix dans votre inspiration et dans votre expiration. Et quand la qualité de votre inspiration et de votre expiration a augmenté, il y a plus d’harmonie, plus de paix dans votre respiration et vous pouvez entrer dans votre corps.
Et envoyer à votre corps un peu de la paix et de l’harmonie que vous avez déjà créés avec votre inspiration et votre expiration. Ça c’est la pratique.
Quand vous pratiquez la marche méditative, vous fabriquez, vous créez un peu d’harmonie et de paix avec vos pas. Quand vous pratiquez la respiration en pleine conscience, vous générez un peu de cette énergie de paix et de bien-être dans votre inspiration et votre expiration. En utilisant cette quantité de paix et de bien-être que vous avez acquise par la pratique de la respiration en pleine conscience, et de la marche en pleine conscience, vous la déversez dans votre corps, vous l’offrez à votre corps ; le fait est que si vous êtes en position assise ou en position couchée et que vous continuez à respirer en pleine conscience, la paix et le bien-être de votre respiration envahit votre corps. Et votre corps commence à ressentir la paix.
Parce que l’énergie de la pleine conscience va commencer à calmer et à reconnaître chaque partie de votre corps.
Mon chéri, mon chéri, je t’ai abandonné, je t’ai laissé tomber pendant trop longtemps et je suis de retour ; je suis désolé, mais finalement je suis revenu ; donc avec votre inspiration et votre expiration en pleine conscience, vous embrassez votre corps tout entier, vous en embrassez chaque partie. En inspirant, je suis conscient de mon cœur, en expirant je souris à mon cœur. Et restez avec votre cœur une ou deux minutes ; c’est peut-être la première fois que vous revenez dans votre cœur et que vous l’embrassez tendrement avec l’énergie de la pleine conscience. Dans le passé vous n’avez pas montré votre empathie, votre amour, votre sollicitude à votre cœur. Vous fumez, vous buvez de l’alcool, vous vous faites trop de souci, vous n’avez pas été très gentil avec votre cœur. Maintenant vous êtes revenus à votre cœur avec votre présence entière, vous l’embrassez tendrement, vous lui souriez, vous lui dites que vous prendrez soin de lui, vous ne lui ferez plus vivre des moments durs comme par le passé. C’est la pratique de l’amour et de la paix ; si vous ne réussissez pas avec votre corps et vos émotions, comment voulez-vous réussir à amener la paix dans la société ou à votre famille ?
Cloche
En revenant à notre territoire et en en prenant soin, nous restaurons la paix, c’est notre pratique. Mais notre société est organisée de telle manière qu’elle nous encourage à faire le contraire.
La télévision vous fait vous enfuir de vous-même ; vous vous réfugiez dans les magazines, la musique, vous vous fuyez vous-même. Chaque fois que vous avez dix ou quinze minutes devant vous, et que vous n’avez rien de spécial à faire, vous cherchez à faire quelque chose, allumer la télévision, prendre un magazine, écouter de la musique, vous ne voulez pas vraiment revenir à vous, vous avez peur. Parce que vous savez que, en revenant en vous- même, vous allez y trouver la guerre ; il y a beaucoup de souffrance, de chagrin, de peur, de désespoir ; vous ne voulez pas revenir à votre royaume, vous vous êtes enfuis de votre royaume, et la pratique bouddhiste vous aide à revenir à votre royaume sans peur. Si vous savez comment vous armer avec l’énergie de la pleine conscience, si vous savez comment utiliser l’énergie collective de la pleine conscience de votre sangha, alors vous pouvez rentrer à la maison, chez vous sans peur. Et c’est pourquoi la pratique bouddhiste de la méditation a besoin de la sangha. Tout seul vous pouvez y arriver, mais c’est très difficile. Peut-être parce que l’énergie de la pleine conscience que vous pouvez générer est encore trop faible pour que vous puissiez rentrer chez vous et accueillir ; vous pouvez être débordé par l’énergie de la souffrance et du désespoir en vous. C’est pourquoi, avec cette quantité d’énergie de pleine conscience et avec l’énergie de pleine conscience que vous offre la sangha, vous serez capable de rentrer chez vous et de faire la paix avec votre corps et vos émotions, en apprenant à les embrasser. Embrassez votre corps, embrassez vos émotions, et vos perceptions. Je suis désolé, je vous ai négligés, maintenant, je suis de retour, je prendrai bien soin de vous.

Rentrez dans votre royaume ; le territoire est vaste, et le Bouddha nous offre beaucoup de méthodes afin de restaurer la paix, le bien-être, dans notre royaume des cinq éléments, des cinq agrégats, des cinq skandas.

Trad: Véronique et Pierre

Voix: Peppino

Les commentaires sont clos.